J'ai ouvert le tiroir du bas du congélateur hier soir et j'ai crié, criééé, Aline pour qu'elle revienne. En fait, non, j'ai crié "Chéri, demain midi qu'est-ce que tu préfères : du porc, du lapin, du boeuf, de la dinde ?" - oui il y a une basse-cour dans mon congélateur !- ce à quoi il m'a répondu "hmmm du lapin !". J'ai été inspirée par une recette trouvée sur ma tablette tactile culinaire (mon nouveau jouet, pas si nouveau que ça puisque j'ai attendu 6 mois pour le mettre en route... le temps parfois passe vraiment vite). C'était du lapin au Pineau des Charentes (je n'ai pas de Pineau des Charentes ! ) avec des oignons (j'aime pas les oignons !), du Laurier (je n'avais pas de laurier !), du thym (ouais ! ça j'en ai ! ), de la crème liquide (je n'avais que de la crème fraiche épaisse), avec du bouillon de volaille (j'ai improvisé ... J'ai donc fait une variante tout en gardant le mode de préparation. A la place du Pineau des charentes, du Floc de Gascogne blanc (c'est à peu près la même chose, sauf que ce n'est pas du Cognac mais de l'Armagnac dans la recette de ce délicieux breuvage gersois), j'avais du thym séché en pot, et la place des cuisses de lapin préconisée, j'avais des épaules ce que plus communément nous appelons avec ma maman "ailes de lapin" parce que c'est plus rigolo. D'ailleurs quand je fais mes petits paquets pour le congélateur, je marque toujours "Ailes de lapin", c'est ainsi.

J'ai donc appliqué à la lettre la recette en fonction des ingrédients que j'avais. J'ai enfariné les épaules et dans une cocotte je les ai faites dorer dans un peu d'huile d'olive sur chaque face. J'ai ensuite versé 30 cl de Floc de Gascogne blanc, 15 cl d'eau dans laquelle j'avais dilué 1 cube de kub or, mis du thym, un peu de sel, un peu de poivre, porté à ébullition, et j'ai ensuite mis à mijoter 45 mn à couvert et surtout à feu très doux. J'avais la hantise que ça crame, je suis experte en la matière. Mais aucun accroc. Le lapin a cuit tranquillement et les parfums de thym embaumaient la cuisine.

Une fois les 45 mn écoulées, pour les garder chaudes, j'ai placé les "ailes" de lapin dans le four préchauffé à 80 degrés, le temps de confectionner la sauce. J'ai mis 20 g de beurre en petit morceau dans le jus encore chaud, 3 cuillères à café bombée de crème fraiche épaisse et j'ai fouetté, fouetté, fouetté, fouetté, fouetté et fouetté (j'adore fouetter surtout avec mon nouveau fouet  tout inox qui homogénéise comme aucun autre fouet ! ) jusqu'à obtenir une jolie sauce lisse et savoureuse.

En accompagnement de l'épaule copieusement nappée de sauce, une poêlée de légumes variés et quelques pommes de terre sautées à la ciboulette ont fait l'affaire. J'étais vraiment très contente de la sauce et de la cuisson du lapin. Verdict de Futur mari : "Tu pourras m'en refaire !". Ouf mission accomplie !

 

DSCN3831